L’ASSASSINAT D’HENRI IV, UN ROI SOUS LA MENACE DU FANATISME RELIGIEUX

Thème: Histoire                                                                                                                                                                        Mardi 3 Mai 2016

L’ASSASSINAT D’HENRI IV, UN ROI SOUS LA MENACE DU FANATISME RELIGIEUX

slider_cdi_87Par Madame Françoise CHARLAIX  – Conférencière à Paris Historique.

INTRODUCTION

Le 14 mai 1610 le Roi Henri IV est assassiné après avoir échappé à une vingtaine de tentatives d’assassinat. Henri IV, depuis son arrivée au pouvoir, a toujours vécu sous la menace de l’intégrisme religieux. Si les successives guerres de religion ont contribué à créer cette atmosphère d’exaltation religieuse l’assassinat du Roi est aussi dû à un concours de circonstances.

I En cette matinée du 14 mai 1610.

Ce jour là le Roi doit se rendre auprès de son ministre le Duc de Sully qui habite près de l’Arsenal car il doit mettre au point les derniers préparatifs de son projet de guerre contre la famille Habsbourg qui vient de prendre le contrôle de la région de Cologne, région aux portes du royaume de France. Comme les Habsbourg sont déjà la famille régnante en Espagne, Henri IV se voit cerné. Normalement, c’est Sully qui se rend au Louvre chez le Roi mais en ce 14 mai 1610 il est malade et l’entretien avec le souverain ne peut être reporté. Ce projet de guerre n’est pas perçu favorablement car depuis son arrivée au pouvoir Henri IV avait réussi à faire cesser les guerres de religion et les Français avaient pris goût à la paix. Les Pays­Bas aussi étaient contre cette guerre car le passage des troupes provoquait un ravage sur les villages et les terres. Du fait de cette impopularité, des rumeurs affirmaient que la véritable motivation du Roi était de reprendre Charlotte de Montmorency dont il était amoureux et qui était retenue à Cologne. Henri IV était amoureux de Charlotte de Montmorency qui avait 15 ans alors qu’il était quinquagénaire, de se fait il ne pouvait être son amant. Il a donc l’idée de la faire épouser par le prince de Condé qui avait la réputation de préférer la chasse aux femmes. Cependant, une fois marié, le prince de Condé refuse d’être un mari trompé et envoie sa femme à Cologne pour l’éloigner du Roi. En cette matinée du 14 mai 1610 on prépare le carrosse du Roi dans la cour carrée du Louvre qui a l’époque était bien plus petite que actuellement. Le Roi se rend à la messe où un certain Ravaillac assiste lui aussi à la même messe.

II Henri de Navarre

Henri de Navarre, futur Henri IV, est le fils de Jeanne d’Albret, reine de Navarre et d’Antoine de Bourbon. C’est le premier roi Bourbon car avant c’était la dynastie des Valois qui régnait. Sa mère étant une fervente protestante elle éduque son fils dans sa religion alors que son père était catholique. La première fois que Henri se rend au Louvre il a quatre ans et il est présenté au Roi Henri II, mari de Catherine de Médicis. A cette occasion il rencontre une fillette de son âge Marguerite qui deviendra plus tard son épouse. De 1564 à 1566 Catherine de Médicis et son fils Charles IX décident de faire un grand tour de France afin de se rapprocher du peuple. Il ne faut pas oublier que nous sommes en pleine guerres de religion et le royaume est divisé. Pour éviter les tensions Catherine de Médicis et Charles IX emmènent avec eux Jeanne d’Albret et son fils Henri. Quand il a 19 ans on le marie avec Marguerite de Valois. C’est donc une union entre un prince protestant et une princesse catholique. A l’époque en dépit des guerres de religion de nombreux protestants participent au pouvoir. Ainsi, l’Amiral de Coligny qui est protestant est un fidèle collaborateur de Charles IX sur qui il a beaucoup d’influence. Son influence est telle que Catherine de Médicis décide de le faire assassiner. Ce geste va déclencher le massacre de la Saint­ Barthélemy, le 24 août 1572 pendant les fêtes du mariage de Henri et Marguerite. Catherine de Médicis n’avait pas imaginé les conséquences de l’assassinat de Coligny. Durant cette période très trouble, Charles IX protège Henri de Navarre dans ses appartements au Louvre et lui demande de renoncer à sa religion car il est en danger. Henri renie donc le protestantisme. Après la Saint­ Barthélemy Henri de Navarre est retenu quatre ans au Louvre. Il dira plus tard que c’est durant cette période qu’il apprendra son métier de roi. En février 1576, au cours d’une partie de chasse à Senlis Henri réussit à s’échapper et retourne dans le Béarn où il renie le catholicisme et renoue avec le protestantisme. Il ne reviendra à Paris que 18 ans plus tard. Les guerres de religions se poursuivent et en 1589 un moine fanatique blesse gravement Henri III, Roi de France, qui sur son lit de mort nomme comme successeur son cousin Henri de Navarre.

III Henri IV, Roi de France.

S’il a bien été nommé comme successeur au trône en 1589, Henri ne sera sacré roi que cinq ans plus tard car étant protestant, La Ligue, (un groupe ultra catholique fondé par Henri de Guise) avec l’aide de l’Espagne, empêche l’entrée d’Henri IV à Paris. Durant cinq ans on trouvera des troupes espagnoles à Paris. On conseille à Henri de devenir catholique sinon il ne sera mais Roi de France. A nouveau, Henri IV abjure solennellement le protestantisme le 25 juillet 1593. Cependant, le sacre ne peut pas avoir lieu car La Ligue tient Paris et Reims. On doit faire une nouvelle couronne qui est fermée alors qu’elle devrait être ouverte. En effet la couronne fermée était le privilège des Habsbourg, mais Henri IV cherchait ainsi à défier cette puissante famille catholique. Finalement le sacre se déroule dans la cathédrale de Chartres le 27 février 1594. Quelques mois plus tard il entre à Paris et les troupes espagnoles partent sans qu’aucun conflit n’éclate. Henri IV fait son entrée dans la capitale par l’ouest et se rend à Notre Dame. En 1600, Henri IV se marie avec Marie de Médicis car il avait obtenu la dissolution par le Pape de son mariage avec Marguerite de Valois. Si Henri IV épouse Marie de Médicis c’est qu’elle est richissime et que lui a grand besoin d’argent pour mener à bien ses projets de reconstruction après les ravages des guerres de religion. A Paris il fait construire le Pont Neuf qui est le premier pont parisien sans habitations et avec des trottoirs. Il fait également rattacher le château des Tuileries au Louvre par une galerie de 500 mètres. Par ailleurs, on doit aussi à Henri IV la Place Dauphine, la Place des Vosges, l’hôpital Saint Louis, etc.

IV La suite des événements du 14 mai 1610.

En ce 14 mai 1610, Henri IV quitte donc le Louvre dans son carrosse or c’est une journée chaleureuse le Roi décide donc de relever les rideaux de cuir qui protègent les ouvertures qui servent de fenêtres. Pour se rendre chez Sully, au lieu de prendre le long des quais, ce qui est le chemin le plus court, le carrosse prend la rue de l’Oratoire puis la rue Saint­Honoré et il passe par la Croix du Trahoir, signalée de nos jours sur une plaque. Il poursuit par la rue de la Ferronnerie, espérant s’arrêter au carrefour avec la rue Saint­ Denis car on pavoisait cette rue pour des fêtes données en l’honneur du sacre de la reine Marie de Médicis et il voulait voir ces préparatifs. Ce sacre longtemps repoussé par Henri IV fini par avoir lieu le 13 mai car on doit assurer la continuité de la monarchie au moment où le Roi s’apprête à partir en guerre. Le Roi est nerveux car il avait mal dormi, on ne cessait de lui prédire des malheurs, ses songes sont des cauchemars. Il faut dire que Henri IV avait déjà été victime de nombreuses tentatives d’assassinat. Cela était dû au fanatisme religieux dont les prêtres faisaient preuve dans leurs sermons. Ils exaltaient régulièrement la violence et certains sont totalement fanatisés et prêts à tout. Ces sermons sont à l’origine des nombreuses tentatives d’assassinat dont a été victime Henri IV.Une des plus célèbre est celle menée par Jean Châtel le 27 décembre 1594. Châtel se fait passer pour un gentilhomme lorsque le Roi se rend chez sa maîtresse mais il ne réussit pas à le tuer et ne fait que le blesser au visage. Jean Châtel sera arrêté, torturé puis écartelé. Sa famille sera aussi expulsé de sa maison. On s’en prend aussi aux Jésuites car c’est chez eux qu’avait étudié Châtel et on les accuse d’avoir influencé le jeune Jean. Les Jésuites sont expulsés de France et ne seront autorisés à revenir qu’en 1605 après qu’il se soit avéré qu’ils n’étaient nullement responsables. Comme compensation Henri IV promet son coeur aux Jésuites ce qui sera fait. Toutes les tentatives d’assassinat ont leur origine dans les discours religieux qui affirmaient que si on tuait un tyran on allait plus vite au paradis. Les armes utilisées étaient toujours des couteaux sauf à deux exceptions où l’on a utilisé du poison. Toutes les tentatives sont le fait d’hommes excepté une fois. Cette femme sera brûlée vive en Place de Grève.

Le Roi continue son trajet dans son carrosse et Ravaillac le suit. François Ravaillac est originaire d’Angoulême, d’une famille de classe moyenne. Lorsque son père perd son travail pour ivrognerie la famille tombe dans la misère. Le jeune François en gardera un grand ressentiment. Quand il réussit à monter à Paris, il est miséreux et cherche asile dans divers foyers religieux mais les religieux voyant que c’est un illuminé refusent de l’accueillir. Finalement il se loge dans l’auberge « Les trois pigeons » où il entend les ragots sur le sacre de la reine et les liens entre le Roi et Charlotte de Montmorency ainsi que la guerre prévue. Ravaillac vole un couteau dans l’auberge mais le manche se détache de la lame, le lendemain il se rend donc chez un coutelier pour le faire réparer. C’est ce couteau qui sera l’arme qui tuera Henri IV. Le carrosse du Roi poursuit son chemin et arrive rue de la Ferronnerie où l’attelage royal est bloqué par un chariot de foin devant l’auberge « Au coeur couronné transpercé d’une flèche » nom prémonitoire. Le trajet entre le Louvre et l’Arsenal étant court, Henri IV n’est protégé que par une faible escorte de fantassins et non la Garde Royale comme à l’accoutumé. François Ravaillac profite de cette immobilisation du carrosse royal pour bondir sur le carrosse, grimper sur l’une des roues et poignarder le souverain à deux reprises. La veine cave est touchée et bien que le Roi soit immédiatement ramené au Louvre, Henri IV meurt assez rapidement. Ravaillac sera arrêté, puis torturé et écartelé en Place de Grève. Comme dans le cas de Châtel toute la famille de Ravaillac est condamnée à l’exil et dépossédée de tous leurs biens. Au fil des ans une thèse du complot s’élabore et bien que Ravaillac ait toujours clamé avoir agi seul, on prétend que c’est la Marquise de Verneuil et le Duc d’Epernon qui avait organisé le complot.

CONCLUSION

L’assassinat du Roi Henri IV est un événement qui illustre bien les tensions religieuses qui existaient à cette époque. Les nombreuses guerres de religion qui ont émaillé cette deuxième moitié de XVIèm siècle ont radicalisé le sentiment religieux et les sermons des prêtres ne faisaient que prôner la violence. Cette radicalisation religieuse empreinte de violence est sur certains points bien similaire à certains courants religieux de notre début de XXIème siècle.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>