DES HOMMES ET DES DIEUX – La vie quotidienne des anciens égyptiens

Thème : Histoire, Société                                                                                                                          Mardi 6 Octobre 2015

DES HOMMES ET DES DIEUX – La vie quotidienne des anciens égyptiensslider_cdi_65par Bruno RICHARD, avocat honoraire, vice-président du Palais Littéraire.

Introduction: L’Egypte antique

Géographie

Les 3 saisons : l’inondation, les semailles, les moissons.

Faune et flore : Crocos, hippopotames, éléphants attestés en Syrie. Papyrus, nénuphars (nounefer).

Histoire

Petits royaumes : les nômes, unifiés en haute et basse Egypte, le pharaon est celui qui réunit sous son autorité les deux terres. Il porte la double couronne et il est « nisut beti » « celui du roseau et de l’abeille ».

Ancien empire (les pyramides). 1ère  époque intermédiaire (les textes des sarcophages). Moyen empire Tombes à Thèbes : les Sesostris, les Montouhotep.  2ème  période intermédiaire : les envahisseurs Hyksos. Nouvel Empire : Les Amenophis, Thoutmes, Hatchepsout enfin les Sethi et Ramses. Essor des prêtres de Karnak dédié au dieu Amon et qui finissent par prendre le pouvoir réel ….

Décadence : malgré quelques sursauts (26ème  dynastie au temps d’Hérodote)  invasions nubiennes, assyriennes, enfin Alexandre, puis à sa mort des grecs les Ptolémée. Enfin les romains conquièrent L’Egypte.

La religion et les dieux : Râ, Amon, Aton, dieux essentiels mais chacun unique créateur de l’univers ; ils sont bienveillants. Mi dieux mi anges d’autres dieux participent à la bonne marche du monde : Thot, dieu des scribes qui a donné aux hommes l’Ecriture sacrée, Ptah dieu des artisans, Khnoum qui façonne les hommes avec la boue sur son tour de potier, Osiris dieu de la fécondité, son épouse et sœur Isis la magicienne et leur frère Seth dieu des déserts et de la guerre. Seth  tue Osiris et éparpille son corps en 14 morceaux.  Isis les rassemble sous des bandelettes (1ère momie) ressuscite son corps glorieux et lui donne un enfant Horus qui vengera son père. La résurrection d’Osiris en fait le dieu de l’au-delà et juge des âmes après la mort. Il permet à chacun de croire à sa propre résurrection quitte à emporter dans le Bel Occident un guide : le livre des morts où au moins un extrait et d’être juste dans sa vie terrestre  pour respecter Maat la vérité – justice fille ailée de Râ.

1ère  partie : le monde des vivants 

Essentiellement agricole sur une terre plus que fertile grâce à la crue annuelle qui inonde le pays et dépose son limon noir drainé depuis les grands lacs africains. Jusqu’à deux moissons par an de blé, d’orge pour la bière, de lin pour se vêtir, sans oublier la vigne, les fruits et légumes (not ail: oignons très prisés) mais aussi poissons viandes et gibiers ; les abeilles sauvages du sud apportent le miel. Les pharaons prudents gardent une partie des récoltes dans de vastes entrepôts pour les années de disette.

La division du temps : année lunaire de 12 mois de 30 jours complétés par 5 jours  « épagomènes »  considérés comme néfastes. 12heures de jour 12 heures de nuit. L’égyptien ne connait pas de subdivision de l’heure et se guide au soleil. La nuit il va au lit mais ne lit pas : On n’a retrouvé que très peu de lampes à huile dans les maisons privées.

Le commerce : pas d’argent mais une monnaie de compte  « le deben ».

La vie familiale : sauf certains grands, monogame, l’égyptien ne se marie pas entre frère et sœur.

La maison d’un étage comporte souvent un bassin, une vigne, des arbres (pour leur ombre) un potager .Les animaux familiers qui vivent avec la famille sont souvent le chat et l’oie. Celle-ci malgré son caractère (la mauvaise bête), est adoptée car elle donne l’alerte en cas de danger, et fournit aussi sa viande et sa graisse très prisées.

Les distractions : chasse pêche navigation sur le Nil, mais aussi jeux de société : osselets, jeu du serpent (genre de jeu d’oie) jeu proche des échecs, mais aussi fêtes avec chants, musiciennes et danseuses.

Nos amis sont coquets et la cosmétologie est une des ressources des temples : fards, parfums, savons et même produits pour faire repousser les cheveux.

Les principaux métiers, outre ceux que nous avons vus,  sont ceux de marin sur le Nil, mais aussi sur la Grande Verte jusqu’à Biblos ou encore vers le Pount et jusqu’à l’Indus pour chercher le bois, le térébinthe, le lapis lazuli (pour les bijoux et la couleur bleue.

Les soldats sont bien payés et reçoivent des terres à leur retraite. Certains officiers supérieurs sont même devenus pharaons. De beaux métiers sont ceux de scribes et de géomètres car chaque année après la crue il faut refaire les bornages d’ où des disputes qui  font le bonheur des magistrats et avocats.

Nous citerons pour mémoire les artisans et ouvriers de la nécropole fort mal vus et vivant sur la rive des morts, mais surtout les prêtres qui réunissent dans le temple  de multiples et rémunératrices compétences : médecine, magie, astrologie, astronomie et même théologie ! Comme pour l’armée suisse on est prêtre au service du temple par périodes de trois à six mois. De service, le prêtre « pur «  est glabre et même épilé astreint à  se purifier plusieurs fois par jour dans le lac sacré. Le dieu via ses prêtres rend aussi la justice.

Bien qu’heureux ici- bas, l’égyptien voit tous les jours les nécropoles sur la rive occidentale,  et une fois l’an il va en famille de l’autre côté pour honorer ses morts et fleurir leurs tombes, comme nous continuons à le faire.

2ème partie : Le monde des morts 

Cette proximité au-delà du Nil de leur future demeure aiguisait le sens moral de nos amis et les inclinait à faire le bien. Leur morale était très proche de la nôtre et a inspiré bien des chapitres de la Bible. Ils savaient qu’après leur mort ils devraient répondre devant Dieu de leur vie terrestre (cf : les livres de sagesse de Ptahotep ou les préceptes de Petosiris).

Sous une forme ou une autre ils croyaient à l’immortalité de l’âme et à la résurrection des corps, d’où la momification. Celle-ci durait 40jours puis le corps dans son sarcophage accompagné de la famille et de pleureuses passait le Nil pour une dernière cérémonie. Après les rites funéraires on refermait la tombe sur le défunt en priant pour que tout se passe bien pour lui. Le deuil durait 70 jours. IL est décrit dans La Genèse à l’occasion des funérailles de Jacob. On notera aussi que la traversée du Nil très symbolique rappelle les rites de mort et de résurrection du baptême chrétien par l’eau.

L’âme du défunt va affronter l’épreuve des 12 heures de la Douat, répondre à des génies mal faisant et s’orienter dans les ténèbres, heureusement aidé par son livre des morts.

Puis en présence d’Osiris et de sa suite, il va devoir  justifier sa vie, son cœur étant pesé par Anubis ; s’il est plus léger que la plume de Maat il est sauvé sinon… Il va donc procéder non seulement au récit de ses bonnes actions terrestres mais surtout  réciter tous les péchés qu’il n’a pas commis. C’est la confession négative. Justifié, plusieurs options vont s’offrir à  lui : suivre Râ dans sa barque, travailler la terre dans les plaines du ciel (les champs du Yalou), rejoindre les étoiles.

Il peut aussi par la fausse porte de sa tombe revenir sur terre pour veiller sur les siens à l’ombre de ses arbres.

Conclusion

Loin de l’imagerie qui entoure le monde de l’Egypte antique, par leurs soucis, leurs peines mais aussi leurs bonheurs et leurs espérances  nos amis d’il y a 3000 ans nous sont très proches.  « Ils étaient ce que nous sommes, véritablement  hommes, et mouraient comme nous ».

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>