L’HYPER TERRORISME : LE MIMETISME DE LA VIOLENCE

THEME : Société – Géopolitique                                                                                                                      Mardi 17 MARS 2015

L’HYPER TERRORISME : LE MIMETISME DE LA VIOLENCE

par Monsieur Jean-Louis Esquivie, Officier Général de Gendarmerie en deuxième section.

 

INTRODUCTION

Le terrorisme est un sujet d’actualité qui nous touche tous que ce soit avec l’attentat de Charlie Hebdo, les conflits en Afrique où l’armée française est présente ou Daech. Ce qui nous amène aux questions : « d’où cela vient? » et « pourquoi? ». Nous sommes passé du terrorisme à l’hyper terrorisme car la violence, le terrorisme et la délinquance évoluent au fil des siècles comme la civilisation. Le terrorisme est un sous ensemble de la violence générale.

 

I Présentation des hypothèses sur la menace.

La guerre froide, avec les menaces nucléaires qu’elle comportait, était une période à risque. Jean -Pierre Dupuy (polytechnicien, philosophe du nucléaire) spécialiste de cette période a relevé 17 grandes menaces nucléaires entre l’est et l’ouest au cours de la guerre froide. Finalement c’est par chance qu’aucun conflit n’a éclaté et que l’équilibre a pu être maintenu.

Grâce au Traité de Westphalie l’Europe connaît un certain calme et entre 1648 et 1792 aucune grande guerre n’éclate. 1792 marque un tournant et la violence prend une autre forme.

Certains philosophes et écrivains tels Hegel ou Goethe ont relevé cette évolution. Hegel note qu’avec Napoléon les individus ne se battent pas les uns contre les autres mais ce sont les nations qui se battent entre elles.

Pour le philosophe René Girard toute civilisation naît sur un meurtre, puis le groupe d’un commun accord trouve un bouc émissaire qui devient la victime attitrée. La sépulture de cette victime devient sacrée et apparaît ainsi la religion primitive.

Dans l’histoire moderne la passion du peuple influence le militaire qui à son tour influence le politique. Ainsi c’est un terroriste serbe qui en assassinant le prince héritier d’Autriche-Hongrie déclenche la première guerre mondiale. Ici c’est le peuple qui veut la guerre et son action qui est le déclencheur. Autrefois c’est l’oppresseur qui était assassiné, par exemple Brutus tue Jules César car il opprime le peuple. Cependant de nos jours c’est le peuple qui est attaqué par le terrorisme non un individu tel Obama ou Hollande. Dans le terrorisme moderne le meurtre de femmes ou d’enfants n’est pas un obstacle.

 

II Les éléments fondateurs.

L’acte fondateur du terrorisme moderne est l’attentat de Munich en 1972. Cet attentat a mis en évidence le manque total de préparation de l’Occident face à de tels événements. Si la quasi totalité de l’équipe olympique d’Israël a été tuée c’est en grande partie à cause des erreurs de la police allemande. Les autorités occidentales se sont retrouvées face à des terroristes extrêmement motivés (ils sont prêts à mourir) et qui ciblent leurs actions de façon à être très médiatisés Ainsi l’attentat de Munich a eu lieu pendant les Jeux olympiques, événement couvert par 7000 journalistes.

Cet attentat va influencer de façon marquante les sociétés occidentales. C’est suite à cet événement que le GIGN sera créé en France (en 1973) et c’est le début de l’ultra protection dont bénéficient les présidents de la République.

Le terrorisme ne touche pas que l’Occident ; en 1979  l’Arabie Saoudite est menacée d’intégrisme et l’attentat de La Mecque fera des centaines de morts. Le GIGN considéré à juste titre comme le meilleur groupe d’intervention anti-terroriste au monde, sera envoyé à la Mecque pour former les militaires saoudiens au rétablissement de l’ordre. Ce sont ces militaires qui éradiqueront la rébellion et rendront la maîtrise du lieu saint à la monarchie saoudienne.

Avec le terrorisme irlandais on assiste à une mutualisation du terrorisme. Une bonne partie de l’IRA était catholique mais une partie de ses éléments était formé en ex-Tchécoslovaquie et de courant marxiste et d’autres étaient sympathisants de la Palestine.

Autre événement marquant dans l’histoire du terrorisme moderne, la prise d’otage des passagers d’un vol d’Air France à Noel 1994. Le GIGN réussira à sauver les passagers grâce à une efficacité éclatante. La force du GIGN vient du fait qu’il n’a pas essayé de copier des méthodes étrangères (américaines ou autre) mais a su créer une vision propre. Le GIGN utilise des principes de guerre de la Grèce classique, tels que la présence du chef dans le groupe d’assaut ou le fait que l’aîné soit le premier du groupe et le benjamin ferme la marche.

Kelkhal en 1995 est le premier d’une série de terroristes musulmans (Merah, Koulibaly …) à être des personnes qui n’adhèrent pas aux principes de la République.

De nos jours les jeunes qui s’enrôlent dans Daech ne le font pas nécessairement par conviction religieuse mais par lassitude et un avenir sans espoir. Le fondateur de ce genre de terrorisme est Carlos qui était le fils d’un millionnaire vénézuélien et qui par opposition à sa famille devient marxiste puis voit dans le terrorisme une manière de s’affirmer et de se divertir, pour prolonger le plaisir, il se convertit à l’Islam dans sa prison de la Santé.

 

III L’après World Trade Center

Certains éléments sont sur-motivés soit par la puissance soit par l’argent soit sont des convaincus comme le terroriste norvégien Anders Breivik.  Quels que soient leurs motivations, tous ces terroristes prônent le combat sans fin. Les médias sont les alliés de ce terrorisme car les terroristes aiment se mettre en scène et veulent avoir un impact mondial.

L’attentat du 11 septembre a produit un véritable choc en Occident et a entraîné une série d’événements ayant une grande influence régionale et mondiale. La guerre d’Afghanistan a amené la dispersion d’Al Quaida, La guerre d’Irak l’élimination des terroristes de la génération de Ben Laden et la montée de la guerre sunno-chiite.

Avec le printemps arabe qui a touché différents pays du Maghreb et du Moyen Orient on assiste à l’arrivée au pouvoir de régimes islamiques. Les agressions de Boko Haram au Mali provoquent un choc en Afrique équivalent au 11 septembre pour l’Occident. Boko Haram acquiert une importance grandissante pour Daech car ce dernier se sentant menacé au Moyen Orient souhaite une jonction avec le groupe africain, ce qui lui permettrait d’avoir une zone d’influence allant de l’Irak jusqu’à l’Afrique de l’ouest.

Actuellement on assiste a une sorte de purification des sociétés : on tue les chrétiens, les islamistes considérés modérés ou les musulmans appartenant aux  divers courants de l’islam (chiites, yazidies…). Le but des terroristes est l’affrontement entre les civilisations avec comme finalité d’imposer l’islam au monde.

Dans notre époque d’hyper terrorisme, les groupes terroristes utilisent des moyens modernes : le nucléaire, le cyberterrorisme et  les poisons biologiques en plus des attentats et des éléments kamikazes.

L’Occident quant à lui, dispose de plusieurs armes pour contrer les menaces terroristes, armes telles que les forces spéciales, les drones, la cyberguerre, le dôme de fer et l’arme subcritique, et enfin les sociétés militaires privées.

Le prochain grand combat sera l’Afrique et Daech en est parfaitement conscient car il cherche à faire une union avec Boko Haram. Union qui n’est pas une évidence car l’islam africain est plus moderne que l’islam radical du Moyen Orient. A moyen terme le morcellement du Moyen Orient semble inévitable et donnera un répit à l’Occident. L’Afrique quant à elle devra endiguer les courants intégristes comme ceux qui existent au Soudan.

CONCLUSION

Nous sommes toujours dans le temps du mimétisme de la violence qu’aucun humain jusqu’à ce jour n’a su stopper. J’avance l’idée très personnelle que d’une façon très globale le terrorisme moderne est une réponse mimétique à la terreur nucléaire inventée au dernier siècle. L’urgence est de stopper cette spirale de la violence sauf à redouter le pire dans la manifestation de la prochaine terreur en réponse aux deux précédentes.

– Autre idée personnelle  à laquelle je crois profondément: l’Afrique a les moyens dans le quart de siècle à venir d’aider l’Occident à résoudre des problèmes réputés insolubles aujourd’hui. J’avance cette idée un peu compliquée de dire que si l’Occident a une réelle profondeur stratégique économique et militaire, il n’a plus de profondeur stratégique spirituelle. L’Afrique peut nous apporter cette profondeur nouvelle et nous aider à nous repenser. Enfin je pense que seule l’Afrique aujourd’hui est capable de neutraliser le fondamentalisme, tous les fondamentalistes au moyen de ses deux profondeurs stratégiques.

Je termine par cette pensé du grand Léopold Senghor qui illustre ce dernier propos; << L’Afrique, c’est l’intuition et l’émotion, l’Europe c’est la raison hellène; >>

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>